Haute-Normandie

Un projet pour « {Ensemble préparer demain} »

L’expression d’une vraie dynamique

Le père Yves a rejoint, en septembre dernier, le Secours Catholique de Haute-Normandie en tant qu’aumônier de la délégation. En découvrant son projet pour les années à venir, avec le regard neuf de celui qui n’a pas participé à sa conception, il nous livre ses impressions.

La première impression forte tient aux termes qui sont employés : «  acteurs, ensemble, relations »… et particulièrement les verbes : « favoriser, valoriser, développer, permettre, encourager, dynamiser » … Je sais que ce projet de délégation n’est pas le résultat d’un travail de quelques experts dûment mandatés, ni même l’adaptation locale d’un "discours policé venu d’en haut", mais bien l’aboutissement d’une réflexion partagée par l’ensemble très large d’acteurs de la délégation. Et cela est l’expression d’une vraie dynamique !

Le respect de la pluralité

Il en est une troisième remarque, que je peux rapprocher de l’image du polyèdre que le pape François affectionne parce que sa forme géométrique a la particularité de ne pas effacer les différences tout en respectant la pluralité, à la différence de la « sphère » qui est « lisse et sans facettes ». N’est-ce pas ainsi qu’il faut "lire la photo" de couverture de notre projet ?

Une vision de la société

Autre impression forte à propos du slogan qui accompagne le logo, il y a plus qu’une organisation non gouvernementale (ONG) parmi d’autres, qui se contente de dispenser toute sa panoplie d’actions humanitaires. On sent bien qu’on ne peut pas être acteurs au Secours Catholique et simplement rentrer chez soi, une fois la tâche accomplie… C’est là que tout commence. La mission portée ensemble, la mise en œuvre du projet dépassent l’aide fournie, l’accompagnement effectué, ou le service rendu, car ils engagent notre vision de la société. Comment accueillir des personnes mal logées sans s’informer et tenter d’agir sur l’action des élus dans la commune ou le département ? Comment accompagner des migrants dans leurs démarches, sans s’efforcer de mieux saisir les enjeux d’une situation mondiale complexe, au-delà des raccourcis simplistes ? C’est bien l’enjeu de cette fraternité universelle au sujet de laquelle le pape François ne cesse d’interpeller les chrétiens…

La dimension spirituelle

Enfin, il m’apparaît que ce qui fait le lien de tout cela comme le liant d’une sauce, c’est l’attention à la dimension spirituelle, second principe d’action. « Que pouvons-nous vivre de meilleur, de plus intéressant, de plus élevé ? Ne pas croire en Dieu, ce n’est pas une raison pour s’amputer d’une partie de son humanité, et surtout pas celle-là ! Ne pas avoir de religion, ce n’est pas une raison pour renoncer à toute vie spirituelle  » écrit le philosophe athée André Comte-Sponville. Le "spirituel" appartient à tout homme, quel qu’il soit, et c’est bien en cela qu’il faut à tout prix, le distinguer du "religieux". Il existe un aumônier au sein de chaque délégation missionné pour contribuer à l’animation spirituelle. Son rôle dépasse son attention auprès des seuls "cathos" ou même des croyants, mais invite tous les acteurs de la délégation, ensemble à examiner leur chemin quotidien, à se former pour mieux percevoir ce qui fait la vie des hommes, à célébrer les évènements, à se mettre en route, pour un voyage de l’Espérance…

« Ensemble pour préparer demain » : bien plus qu’un projet, c’est un chemin de vie.

En route !

Père Yves, aumônier de la délégation

Imprimer cette page

Portfolio

Haute-Normandie